Bernard Fort

La Grive Solitaire

La grive solitaire, c’est l’émotion musicale à l’état pur ! 

 

Le côté désolé, la fragilité du timbre, le contour mélodique, la souplesse rythmique, la structure de l’ensemble, tous les paramètres de son chant conduisent à une écoute musicale.

 

J’ai peine à croire à une stricte fonctionnalité des merveilles de la Nature.

 

Cofondateur et responsable du Groupe Musiques Vivantes de Lyon jusqu’en 2018, il a longtemps enseigné la composition électroacoustique à l’ENM de Villeurbanne.

Compositeur, audionaturaliste et ornithologue, son travail musical est principalement consacré au genre acousmatique, pour le concert, en salle ou en plein air, pour la danse, le théâtre, l’image, la poésie sonore ou encore le jeune public. Il réalise de nombreux travaux pour les musées ainsi que des expositions, installations sonores, documents didactiques et productions radiophoniques.

Il collabore fréquemment avec le GRM-INA.

Il est largement édité avec plus d’une trentaine de disques et une dizaine de livres.

Ses activités s’exercent autant en Europe qu’en Amériques ou en Asie (étroites collaborations avec des musiciens mongols).

Il assure régulièrement des formations sur la prise de son naturaliste et les techniques d’écriture en studio.

Comme preneur de son, réalisateur audio, il produit un grand nombre de disques et enregistrements pour diverses maisons d’éditions.

En composition il s’intéresse depuis toujours aux limites entre abstraction et figuration, naturel et culturel.

Le chant de la Grive Solitaire

Portrait d'Oiseau

Cofounder and manager of the Groupe Musiques Vivantes de Lyon (GMVL) until 2018, he also taught electroacoustic composition at ENM Villeurbanne for many years.

A composer, audio-naturalist and ornithologist, his musical work is mainly related to the acousmatic genre, for indoor or outdoor concerts, dance, theatre, film, sound poetry and young audiences. He also composes many works for museums and exhibitions, sound installations, educational materials and radiophonic productions.

He frequently collaborates with INA GRM (National Audiovisual Institute and Music Research Group).He has been widely published, including thirty or so albums and a dozen books.

His work takes him around Europe, as well as the Americas and Asia (where he collaborates closely with Mongolian musicians).

He regularly runs training courses on nature field recording and studio composition techniques.

As a recordist and audio producer, he is involved in many albums and recordings released by various publishers.

In terms of composition, he has always been interested in the limits between abstraction and figuration, as well as nature and culture.

L'Étude Solitaire

compositions ornithologiques

Au fil de l’actualité

DERNIÈRES PARUTIONS, PROCHAINS CONCERTS…

FRACTALS/BRAIN FEVER

SIDE A
FRACTALS (1981), 21’26
Fractal I, 3’15
Fractal V, 5’11
Fractal XI, 3’39
Fractal XVII, 6’05
Fractal III, 3’07

SIDE B
Brain Fever (2017), 18’00

FRACTALS (1981), 21’26

Composed at the GMVL from December 1979 to September 1981, this work was commissioned by Fnac.

Fractals are mathematical oddities that, when crossing our path, turn the smallest island into an immensity to be explored.
FRACTALS is a series of short studies, all based on the same sound source. Seeking in the sound and its very logic a proposal upon which a construction is elaborated, each Fractal remains open and is a mere fragment of itself.
FRACTALS, music pieces sculpted in four dimensions, are vast microcosms that can only be inhabited by the mind. Each Fractal can be approached from several angles, far, near, etc. Some can be listened to at different speeds, forwards or backwards.
FRACTALS: amorphous and endless music pieces whose centre is everywhere and circumference nowhere.

Brain Fever (2017), 18’00

Wherever you may be in the forest of South India, the Brain Fever bird, together with the Seven Sisters, literally gets into your head. Whether it be early morning, daytime, or nighttime, amidst the stridulations of insects, its song utterly reflects Indian life: sonorous, noisy, insistent, dense, overcrowded, mobile, swarming, frantic, overheated, deprived of rest and sleep.
Brain Fever echoes sonic images caught in the Aurovillian forest, near Pondicherry, and rich fragments of improvisations made in Lyon on analog sound synthesis or feedback devices, the kind I used to do in the first GMVL studios.

Brain Fever is dedicated to Sofia Jannok, a musician and sàmi singer.

Derniers articles du Blog

LA CRÈME DES HOMMES

Au cours d’une master-class destinée à mes étudiants en composition acousmatique, la question suivante était posée à Bernard Parmegiani : “Entrer dans l’équipe de Pierre Schaeffer en 1959 alors que vous étiez ingénieur du son et pas encore musicien, était-ce une...

OISEAUX DES VILLES/OISEAUX DES CHAMPS

L’étonnant printemps confiné que nous venons de vivre m’invite à quelques réflexions au sujet de propos entendu par-ci par-là, et à tenter de corriger certaines fausses idées émises au sujet du paysage sonore, de la perception que nous en avons eue et surtout du...

HIC ET NUNC

Je viens à peine de terminer “Habiter en oiseau” de Vinciane Despret que déjà me voici de retour à la première page du livre. Surtout parce que la dernière page nous invite naturellement à repenser, voire relire cette première page. La plus personnelle, et sans doute...

MA VIE AVEC NELSON 2

Au matin, la serveuse avait préparé un bol de mauvais café que je buvais sur le bord du fleuve, mes bagages à mes côtés, prêt à partir. Les premières maisons, de l’autre côté du Danube semblaient le bout du monde, et pourtant, des gens, des coupables, devaient bien y...

MA VIE AVEC NELSON 1

Pourquoi Nelson ? En réalité, et je l’ai su bien tard (le jour où sa femme m’a écrit son adresse sur un bout de carton, parce que, lui, ne sait pas bien écrire) il s’appelle Gérard Ludovic Gherman. Il a certainement choisi le nom de Nelson lorsqu’il a fait ce voyage...

LIMBE 1

Juillet 2016, Ulaan Baatar.  Nous avons rendez-vous avec Tserenbaljir Tsevegsuren à l'Université des Arts pour quelques enregistrements.  Tsevegsuren joue le Limbe. Cet instrument m'intrigue depuis que la musique mongole s'est imposée à moi comme une seconde culture....