Un blog qui se construit…                         sur l’écoute… et  l’observation

Ici se retrouvent des textes, des images, des sons qui, le plus souvent, accompagnent et jalonnent mes cheminements et mes réflexions, rendent compte de mes expériences et tentent le partage.  Quelque lecteur égaré peut s’y attarder, passer d’un sujet à l’autre, d’une catégorie à l’autre… de la musique au chant des oiseaux, en passant par la Mongolie ou d’autres contrées visitées.

Ces relevés d’expériences, outils de réflexion, généralement en cours d’écriture, imparfaits, donc évolutifs et perfectibles appellent votre indulgence.

L’écoute est le premier pas vers la vision…

DE L’ART DE DISCOURIR

Il me fallait faire une conférence pour un lycée de jeunes filles… comme dans le Discours sur Rien… Les étudiantes en arts, venues d’Aix en Provence, attendaient de moi un discours sur John Cage : l’homme, l’œuvre, sa place dans l’histoire, etc. Une conférence de plus à préparer, sur un sujet nouveau qui allait me changer du...

lire plus

MA VIE AVEC NELSON 6

Nous arrivions enfin à Crissan.Le village est grand, une seule rue ou plutôt un seul quai, d’un seul côté du large fleuve. Un embarcadère où le bateau aurait pu me laisser le premier jour si j’avais accepté l’offre de Nelson. Et de chaque côté de l’embarcadère, en amont et en aval, des maisons, toutes du même format et toutes...

lire plus

LIMBE 2

Le deuxième morceau proposé par Tsevegsuren est joué sur un autre Limbe, et précisément, il s'agit là d'un Chant Court intitulé “Hartai sarlag”.  Par opposition au chant long, le chant court s'appuie sur la forme d'une chanson. La mélodie prime, les ornements sont généralement moins développés. Il est aussi possible de trouver...

lire plus

MA VIE AVEC NELSON 5

Je ne tardais pas à entendre le retour de Nelson, ce type d’embarcation à moteur était l’un des seuls de toute la région et les quelques pêcheurs motorisés conduisaient beaucoup plus lentement. Nelson et son acolyte revenaient d’une pêche miraculeuse. Le bord du bateau se situait exactement au niveau de l’eau. L’embarcation...

lire plus

MA VIE AVEC NELSON 4

A la faveur de la nuit noire, le silence se fit... peu avant l’heure du réveil. Il était convenu que je devais réveiller Nelson, qui sans doute dormait dans l’une des chambres, mais laquelle ? Je choisis celle d’où fusaient les ronflements les plus sonores… Aucune réaction alors que je murmurais : Nelson ! Nelson ! it’s time...

lire plus

MA VIE AVEC NELSON 3

Peu de temps après, nous étions arrivés près d’une sorte de chalet, visiblement neuf, au bord de l’eau, dans un endroit complètement désert et loin de tout. Le chalet semblait protégé par une inquiétante meute de chiens hurlants qui s’étaient jetés dans l’eau à notre arrivée. L’habitation était fermée à clef, et Nelson,...

lire plus

SALZBOURG

Salzbourg 1991.Nous sommes enfin arrivés, Jean-Luc (régisseur de concerts), Mady et moi au Mozarteum, où se déroule le festival Aspekte, dédié, cette année au compositeur américain John Cage. Tous les “spécialistes” de l’interprétation de l’œuvre de John (on l’appelle toujours par son prénom), se trouvent réunis dans ce même...

lire plus

OISEAUX DES VILLES OISEAUX DES CHAMPS

L’étonnant printemps confiné que nous venons de vivre m’invite à quelques réflexions au sujet de propos entendu par-ci par-là, et à tenter de corriger certaines fausses idées émises au sujet du paysage sonore, de la perception que nous en avons eue et surtout du comportement des oiseaux chanteurs dans ce contexte particulier....

lire plus

MA VIE AVEC NELSON 2

Au matin, la serveuse avait préparé un bol de mauvais café que je buvais sur le bord du fleuve, mes bagages à mes côtés, prêt à partir. Les premières maisons, de l’autre côté du Danube semblaient le bout du monde, et pourtant, des gens, des coupables, devaient bien y vivre ou y survivre. Je guettais la moindre présence sur un...

lire plus

MA VIE AVEC NELSON 1

Pourquoi Nelson ? En réalité, et je l’ai su bien tard (le jour où sa femme m’a écrit son adresse sur un bout de carton, parce que, lui, ne sait pas bien écrire) il s’appelle Gérard Ludovic Gherman. Il a certainement choisi le nom de Nelson lorsqu’il a fait ce voyage en Angleterre, au frais du nouvel Etat Roumain, pour étudier...

lire plus